MATHIAS CORMANN

Australia’s Candidate

 

Secretary-General 

Organisation for Economic

Co-operation and Development

2021-26

Mathias Cormann and Angel Gurria

OECD Secretary-General Selection

I thank OECD member countries for the trust and confidence they have placed in me to serve them as the next OECD Secretary-General.

The OECD is incredibly important as an organisation bringing together like-minded countries from around the world committed to developing and delivering better policies for better lives.

It provides a great platform for international cooperation and best practice policy development, from the foundation of a shared commitment to democracy, human rights, the rule of law, market-based economic principles and a rules-based international order.

The issues and the specific policy challenges the world faces evolve over time, but the OECD’s capacity to find solutions and better ways forward has stood the test of time.

As the world continues to grapple with the impact of the most serious pandemic in more than a century, our essential mission of the past – to promote stronger, cleaner, fairer economic growth and to raise employment and living standards – remains the critically important mission for the future.

Ángel Gurría has served the OECD as Secretary-General with great passion, commitment and dedication for 15 years. He has increased the influence of the Organisation, expanded its membership to include thriving economies of Central Europe, the Baltic and South America, while also strengthening its engagement with other multilateral and regional organisations.

I too am ambitious for the OECD. I look forward to working with him and the OECD General Council through a smooth transition.

It will be important to keep the momentum going, to:

  • help maximise the strength of the economic recovery in the wake of COVID-19 through strong, sustainable, cleaner, more inclusive growth;
  • drive and promote global leadership on ambitious and effective action on climate change to achieve global net-zero emissions by 2050;
  • finalise a multilateral approach to digital taxation;
  • seize the opportunities and better manage the risks in the digital economy;
  • promote market-based policies and a rules-based international order; and to
  • strengthen the outreach of the OECD into the Asia-Pacific.

I would like to thank Cecilia Malmström, and all of the candidates who put themselves forward as part of this process, for their hard work and their commitment to the values and the importance of the OECD.

I would like to thank the Australian Government, in particular the Prime Minister, the Treasurer, the Foreign Minister and our two Trade Ministers during this period, for their strong support of my candidacy.

A particular thank you to the hardworking team at the Department of Foreign Affairs and Trade, in Canberra and around the world, who have done an outstanding job in supporting my campaign.

I would also like to thank the Opposition for their generous offer of bipartisan support.

Out of Western Australia, our Governor Kim Beazley, our Premier Mark McGowan and WA Treasurer Ben Wyatt provided invaluable support.

I would like to thank the Dean of Ambassadors to the OECD and Chair of the Selection Committee, Ambassador Christopher Sharrock for his leadership and I would like to thank all Ambassadors for their engagement with me throughout this selection process.

May I thank OECD member countries again for putting their trust and confidence in me to serve them as their next Secretary-General over the next five years.

I will give the Organisation and its members my absolute best and strive to make the OECD a place that inspires collaboration and action in support of a sustainable and inclusive future.

 

SÉLECTION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’OCDE

Je remercie les pays membres de l'OCDE de la confiance qu'ils m'ont témoignée en me confiant la mission de les servir en tant que prochain Secrétaire général de l'OCDE.

L'OCDE est une organisation d’une importance capitale, car elle réunit des pays du monde entier qui partagent les mêmes idées et s'engagent à élaborer et à mettre en œuvre des politiques meilleures pour une vie meilleure.

L’OCDE constitue une excellente plate-forme pour la coopération internationale et l'élaboration de politiques fondées sur les meilleures pratiques, sur la base d'un engagement commun en faveur de la démocratie, des droits de l'homme, de l'État de droit, des principes économiques du marché et d'un ordre international fondé sur des règles.

Les défis et les enjeux de politiques publiques auxquels le monde est confronté évoluent constamment, mais l'OCDE conserve sa capacité à trouver des solutions et de meilleures orientations pour l'avenir.

Alors que le monde continue de faire face aux conséquences de la plus grave pandémie depuis plus d'un siècle, notre mission historique essentielle - promouvoir une croissance économique plus forte, plus saine et plus équitable et améliorer les conditions d'emploi et le niveau de vie - reste d'une importance cruciale pour l'avenir.

Ángel Gurría a servi l'OCDE en tant que Secrétaire général avec beaucoup de passion, d'engagement et de dévouement pendant 15 ans. Il a fait grandir l'influence de l'Organisation, élargi sa composition pour inclure des économies florissantes d'Europe centrale, de la Baltique et d'Amérique du Sud, tout en renforçant son engagement avec d'autres organisations multilatérales et régionales.

J’ai moi aussi beaucoup d’ambition pour l'OCDE. Je me réjouis de travailler avec Ángel Gurría et avec le Conseil de l'OCDE dans le cadre d'une transition en douceur.

Il sera important de maintenir cette dynamique, afin :

  • D’aider à maximiser la reprise économique suite à la COVID-19 par une croissance forte, durable, plus saine et plus inclusive;
  • D’encourager et de promouvoir une action ambitieuse et efficace à l’échelle mondiale en matière de changement climatique afin de parvenir à zéro émission nette dans le monde d'ici 2050;
  • De finaliser une approche multilatérale de la fiscalité du numérique;
  • De saisir les opportunités et mieux gérer les risques dans l'économie numérique; De promouvoir des politiques basées sur le marché et un ordre international fondé sur des règles;
  • Et de renforcer le rayonnement de l'OCDE dans la région Asie-Pacifique.

Je remercie Cecilia Malmström, ainsi que tous les candidats qui se sont présentés dans le cadre de ce processus, pour leur travail et leur engagement au service des valeurs et de la grandeur de l'OCDE.

Je tiens à remercier le gouvernement australien, en particulier le Premier ministre, le ministre des Finances, la ministre des Affaires étrangères et nos deux ministres du Commerce pendant cette période, pour leur soutien sans faille à ma candidature.

Je remercie en particulier l'équipe du ministère des Affaires étrangères et du commerce, à Canberra et dans le monde entier, qui a fait un travail remarquable pour soutenir ma campagne.

Je tiens également à remercier l'opposition parlementaire australienne pour son offre généreuse de soutien bipartite.

En Australie-Occidentale, le gouverneur Kim Beazley, le Premier ministre Mark McGowan et le ministre des Finances Ben Wyatt m'ont apporté un soutien inestimable.

Je tiens à remercier le doyen des ambassadeurs auprès de l'OCDE et président du comité de sélection, l'ambassadeur Christopher Sharrock, pour sa supervision du processus de sélection, et je remercie tous les ambassadeurs avec lesquels j’ai été en contact tout au long de ce parcours.

Permettez-moi de remercier à nouveau les pays membres de l'OCDE de m'avoir accordé leur confiance pour les servir en tant que Secrétaire général pour les cinq prochaines années.

Je donnerai le meilleur de moi-même à l'Organisation et à ses membres, et je m'efforcerai de faire de l'OCDE un lieu qui suscite la coopération et l'action en faveur d'un avenir durable et inclusif.